aaron g shore Air Max

Si son jeu offensif est encore limité, sa présence en défense est quant à elle plus remarquable. Avant sa blessure face au Magic, il tournait à 2 interceptions et 2 contres en moyenne (sur 4 matches). Bien sûr, cela demande confirmation, mais plus que les stats, ce sont l’attitude et la défense de l’ensemble de l’équipe qui profitaient de sa présence. La saison dernière, les Sixers étaient seulement 25ème aux contres et laissaient leurs adversaires shooter à 55,1% près du cercle. Seuls les Wolves faisaient moins bien dans cette catégorie statistique. Ils encaissaient par conséquent 44,2 points par match dans la raquette. Beurk. Mais avec Nerlens pour protéger le panier, l’amélioration est évidente, malgré un temps de jeu inférieur à 30 minutes pour le rookie. La preuve en image.

C’est exactement ce que Brett Brown attend de son ailier-fort (les Sixers ont annoncé vouloir le fixer à ce poste, et Joel Embiid sera le pivot à son retour) et il le déclarait déjà l’an dernier. Nerlens Noel doit être son Joakim Noah, celui qui donne l’impulsion en défense et qui sert de métronome de ce côté du parquet. C’est ce qu’il fait, comme face aux Rockets lorsqu’il est devenu le premier pivot rookie de l’histoire à réussir 10 points, 5 passes et 6 interceptions dans le même match.Car en dehors de ses qualités de contreur, Noel sait se servir de son envergure (2m24) pour couper les lignes de passe. Sans pour autant intercepter à chaque fois, il dévie de nombreux ballons qui vont aboutir à des pertes de balle ou des positions défavorables pour ses adversaires.

Et alors que la saison dernière Philly permettait à ses adversaires de scorer 109,9 points par 100 possessions (26ème en NBA), l’équipe a réduit ce nombre de 3 points pour être 19ème de la ligue après 4 matches. Et dans le même ordre d’idée, les Sixers ne prennent plus que 36,5 points par match dans la peinture (6ème) avec une adresse près du cercle de 42,9%. Seuls les Pacers, les Grizzlies et les Bulls font mieux, soit des équipes réputées pour leur défense. Pas mal.

Air Max blanche

Du coup, c’est chez les Raptors que Thompson a terminé sa saison, un push assez sympa puisque même si son temps de jeu était famélique, son côté porte-bonheur était bien au maximum de ses fonctions. Une première finale de conférence pour Toronto, avant de bloquer sur le futur champion portant le numéro 23, et enfin le même sort que de nombreux intérieurs relégués au fond d’un banc : l’été de tous les mystères. Jason n’a pas reçu de coup de téléphone, pas d’invitation, pas de karaoké ni même de goûter d’anniversaire à la rentrée, il fallait donc bien occuper les prochains mois avec une activité saine pour le corps. C’est donc chez les Flaming Bulls de Shandong que le géant a décidé d’aller faire ses petites affaires cette saison, comme Sportando l’a confirmé dans la nuit. Qui a déjà joué là-bas ? Pas grand monde, si ce n’est Pooh Jeter qu’on a croisé à Sacramento il y a quelques temps. Voilà au moins un compatriote avec lequel JT pourra faire ses virées nocturnes, entre deux double-doubles grassement payés.

Il voulait du temps de jeu, des responsabilités, un bon salaire et découvrir de nouveaux coins sur cette planète, Jason Thompson a tout coché. On le retrouvera peut-être en NBA d’ici quelques années, ou pas. Sur un banc alors.Absent des parquets depuis un bout de temps, février dernier devant un public, l’intérieur du Heat a envoyé des images qui doivent donner le sourire aux fans de sa franchise : voir Bosh jouer, c’est un petit luxe depuis deux ans.

La deadline est proche, même si peu de monde en est conscient. En effet, comme on en parlait ici précédemment, Pat Riley a jusqu’au… 31 août pour définitivement couper Chris de l’effectif de Miami, ce qui permettrait au management d’étaler son salaire sur plusieurs saisons et ainsi mieux préparer l’avenir. Seulement, le gominé sait qu’il en a déjà fait pleurer plus d’un dans sa région avec le départ de Dwyane Wade il y a près de deux mois, et se séparer de Bosh ressemblerait à un deuxième coup de couteau dans le coeur des fans. Du coup, malin comme il est depuis si longtemps, l’intérieur a utilisé son pouvoir sur les réseaux sociaux pour envoyer un beau petit clin d’oeil à Riley. C’est d’abord sur son compte Instagram que Chris a tenu à répondre à des petits curieux qui lui demandaient encore dernièrement s’il jouait, avec un oui retentissant. C’est ensuite sur son compte Twitter que ce dernier a rajouté une deuxième couche, diffusant des images de lui-même en train de s’entraîner. Sachant que le camp d’entraînement du Heat ouvre d’ici quelques semaines et que Bosh a toujours voulu mettre la pression pour que les hauts-placés de Miami lui offrent la possibilité de jouer, le bras de fer sera des plus excitants à regarder dans les jours à venir car Riley devra prendre une grande décision.

Air Max promo

Interviewé par Sirius XM Radio à quelques semaines de ses débuts chez les pros, le nouveau phénomène des Pelicans a été très franc dans ses réponses, notamment sur un aspect de son jeu qui est souvent laissé de côté : un mental d’acier.On en parle après, généralement. Car on préfère voir les qualités techniques, ou athlétiques, le QI basket ou le corps sur lequel on peut bâtir quelque chose d’exceptionnel. Chaque année la Draft apporte son lot de spécimens, mais on peut vite faire abstraction de ce qui se passe dans le crâne, alors que cela représente une énorme partie du passé, futur et présent d’un joueur.

Entre un Andrea Bargnani bourré de talent mais finalement assez décevant dans son niveau maximum atteint, ou un Kawhi Leonard manquant de technique mais montant les marches de la Ligue grâce à une détermination folle, la NBA montre des parcours toujours plus étonnants chaque saison et la nouvelle perle venue de l’université pourrait évoluer chez les Pelicans la saison prochaine. En effet, après avoir fait claquer de belles ficelles grâce à sa gâchette et montré qu’il pouvait également poser le ballon au sol, Buddy Hield a bien enregistré qu’il n’avait pas figuré sur le podium de sa Draft, et que certaines équipes allaient devoir le payer cher. Un premier signe allant dans ce sens ? Ses réponses, lorsqu’il lui a été demandé de pointer du doigt un aspect fondamental de son jeu. Ce qui a de quoi faire sourire Alvin Gentry et tout son staff.Son parcours en NCAA en est d’ailleurs la preuve. Du côté d’Oklahoma, Buddy est passé de simple ailier capable de rentrer quelques tirs à un joueur complet au potentiel très intéressant : 8, puis 16, puis un peu plus de 17 et enfin 25 points de moyenne par match, voilà le genre de progression qu’on attend de la part d’un énorme bosseur.

Et c’est justement une des premières qualités qui furent cités ces derniers mois lorsque le dossier Hield fût ouvert. Certes, le bonhomme a des qualités athlétiques et peut tirer distance Lillard, mais c’est surtout là-haut que c’est costaud : le garçon a un mental d’acier. Chaque saison, il est revenu avec un arsenal plus complet, se donnant des deux côtés du terrain lorsqu’on l’a étiqueté simple sniper, ajoutant de bons kilos à son armure lorsqu’on le labellisait incapable d’aller au panier. Aujourd’hui, c’est un pur compétiteur possédant une belle carrière qui s’est installé dans l’Oklahoma, avec un post-it probablement bien collé sur son frigo : sixième de la Draft, donc cinq équipes osant le laisser de côté. Pour des assoiffés de challenges comme lui, tout est utilisable pour remplir le moteur d’éléments de motivation. On n’a donc qu’une hâte, le voir continuer à progresse et faire ce qu’il aime le plus, c’est-à-dire prouver aux autres qu’ils ont fait une grave erreur en le laissant passer.

Air Max 90

Et alléluia on repart donc pour cinq nouveaux candidats… Chris Bosh nous offre le jump-shot le plus pourlingue de l’histoire pour commencer etJeremy Lin place la barre encore un peu plus haute dans le “savon-game”. La suite ? Un joli move de Marcin Gortat aka le Hakeem Olajuwon polonais, notre chouchou du jour alias Giannis Antetokounmpo, qui perd ses jeunes neurones le temps d’une seconde et pour finir, last but not the least, Dion Waiters qui glisse sur la sueur retombée des travées bondées d’Atlanta pour terminer son action de la même façon que sa carrière à Cleveland.Une grosse promo cette semaine, mais il est clair que le Shaq ne pouvait laisser passer tant d’exploits sans nous en faire part à sa façon. Et on le remerciera jamais assez le Gros Papa.

Suite aux événements tragiques qui ont eu lieu ce mercredi 7 janvier dans les locaux du Charlie Hebdo, on se demandait si certains tricolores allaient montrer leur soutien au journal autrement que sur les réseaux sociaux. La réponse est oui, notamment Nico Batum et Alexis Ajinca.L’ailier des Blazers s’est échauffé avec un t-shirt portant le fameux message ‘Je suis Charlie’ ce jeudi, avant d’écarter le Heat à domicile. On avait déjà vu pas mal d’athlètes exprimer leurs opinions de la même façon chez l’Oncle Sam, notamment avec les affaires ayant eu lieu récemment à Ferguson ou concernant la mort d’Eric Garner, c’est donc au tour des cadres de l’Equipe de France d’afficher leur pensée sur leurs fringues. Ajinca a joué la veille et a préféré passer par ses chaussures, avec le même message que son pote Nicolas.

Nouvelle mise à jour concernant les votes du All-Star Game, aucun changement significatif dans les deux cinq de départ mais quelques perles qui donnent les mauvaises larmes aux yeux.Pour voir l’analyse des remplaçants potentiels dans les deux conférences, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil d’Est en Ouest ! Du côté de la Conférence Est, les soirées passent et l’écart se creuse entre le quintet annoncé et le reste de la population. Ainsi, on devrait retrouver LeBron aux côtés de Pau Gasol, Carmelo, John Wall et Dwyane Wade, puisque Chris Bosh et Kyle Lowry sont trop loin pour entamer une campagne de sensibilisation massive. Certaines boutades se sont tout de même glissées dans le classement, on pense notamment à Lou Williams qui doit avoir 10 fois plus de votes que Jeff Teague, le très jeune Kevin Garnett situé devant Niko Vucevic ou encore Kevin Love annoncé dans n’importe quel Top 5 cette saison.

Air Max woven

Enfin, il faut ajouter que New Orleans est venu se greffer à la transaction pour permettre d’équilibrer les comptes et de rendre l’échange possible. Les Pelicans envoient John Salmons à Boston, Russ Smith à Memphis, et récupèrent Quincy Pondexter, plus forcément désiré par Memphis maintenant que Green est dans les parages.

C’est donc un trade qui a du sens pour toutes les parties concernées, avec une équipe de Memphis qui joue la gagne et qui s’est encore un peu mieux équipée pour, et une équipe de Boston qui prépare tranquillement son futur en accumulant les choix de Draft, qui permettent d’obtenir des joueurs à potentiel, payés une poignée de cacahuètes. Les Pelicans jouent les vautours et viennent pour leur part picorer un joueur, tout en permettant au deal de se finaliser du point de vue financier.

Si vous avez 0.2 secondes pour tirer et que vous vous retrouvez dos au panier avec la balle qui arrive vers vous, quelle technique allez-vous utiliser pour tenter de toucher au minimum l’arceau sans perdre la possession ? Réponse avec Trevor Booker, auteur d’un petit chef d’oeuvre hier soir.

Air for Max

Pendant que la distribution de mouchoirs continue cette semaine à Miami, Pat Riley doit continuer à faire tourner la machine et le boss s’est empressé de signer une nouvelle recrue : Dédé Williams, ou plutôt la Méduse pour ceux qui l’ont suivi.Non, vous ne vous transformerez pas en statue si vous croisez le regard de l’ex-ailier des Knicks, par contre vous aurez probablement envie de Mikados si vous observez sa coupe de cheveux. Phénomène d’abord attendu à Minnesota, première déception, puis tremplin espéré à Sacramento, deuxième déception, le marsupial formé dans l’Arizona n’a pas été aussi bon que lors des attentes en sortie de Draft mais l’opportunité offerte à New York l’an dernier fût enfin la bonne. En effet, dans un rôle de booster en sortie de banc, sans trop de pression sur ses épaules et la possibilité d’obtenir de nombreux tickets de shoots, Derrick a offert près de 9 points et 4 rebonds de moyenne en seulement 18 minutes, de quoi proposer un minuscule rayon de soleils aux habitants de la Grosse Pomme. Sa capacité à créer ses propres points, à provoquer des lancers et à monter jusqu’au plafond lui ont permis de se refaire un nom, ou plutôt un début de nom, et qui est arrivé dans les oreilles de Pat Riley.

Le gominé étant pas mal emmerdé par les affaires entourant Dwyane Wade cette semaine, il fallait bien tourner la page et continuer à bosser tout en changeant les photos dans son bureau.Du coup, comme Yahoo Sports l’a rapporté hier, c’est pour 5 millions de dollars et un an que Williams jouera avec le Heat, une nouvelle occasion de prouver que sa place est en NBA plutôt que dans les faits divers de la ligue chinoise. L’intéressé aurait apparemment apprécié la plateforme proposée par Erik Spoelstra, l’entraîneur local ayant souvent bien intégré chaque nouveau joueur pour leur redonner un peu de bonheur. On l’a vu avec Luol Deng, avec Joe Johnson et même par le passé avec d’autres athlètes, Spo est capable de rebooster une carrière et Derrick pourra donc utiliser la saison prochaine comme un nouveau trampoline avant un été 2017 lors duquel la thune coulera à flot.

C’est une assez bonne addition pour Miami dans le sens où le Heat est aujourd’hui dans un rush de recrutement teinté de peine suite au départ de Wade, et D-Will sera très certainement un joueur capable d’apporter sa douzaine de points avec quelques rebonds dans le système local. Maintenant, comme on le voit sur son contrat, le joueur utilisera la franchise comme une aire d’autoroute afin d’y réaliser son stop et augmenter ses chances de gagner plus d’argent, mais c’est aussi ça qui a changé en Floride suite aux récents événements. La course au titre, pas trop, l’acquisition de talent court-terme, plutôt.Au-delà de la future coupe de cheveux du joueur qu’on attend avec impatience à la rentrée, c’est surtout la possibilité de voir un nouveau joueur émerger du système Spoesltra qui nous intrigue. Bonne pioche à la bourre ? Yes.

Air Max 6pm

George nous a beaucoup apporté ces dernières années, il a été d’une aide précieuse afin de nous aider à atteindre notre meilleur niveau sur ces 5 dernières années, mais on n’a jamais vraiment eu de pur meneur ici et lorsqu’on en a eu l’opportunité de faire un transfert avant la Draft afin de récupérer Jeff, on s’est lancé. Donc maintenant on a un meneur, et on continue à compléter l’effectif, en prenant notamment Thaddeus Young qui est un vrai bon ailier-fort selon moi. Paul George peut jouer en tant qu’arrière ou ailier, on a essayé de chercher un ailier ces derniers temps et on a parlé avec Paul de la possibilité de le faire jouer poste 2, il est très ouvert face à cette idée. On a aussi recruté Al Jefferson, il va pouvoir apporter un vrai plus à notre banc donc on continue à compléter notre effectif, si on trouve quelqu’un pour rentrer dans notre cinq majeur on le fera et si ce sera pour renforcer notre banc on le fera aussi.

La question qu’on peut se poser, c’est la suivante : autant pour George Hill on peut comprendre que Bird était fâché, autant peut-on vraiment affirmer que Jeff Teague est un pur meneur…? Offensivement, il est clair que le nouveau poste 1 des Pacers a un temps d’avance sur l’ancien en place, mais niveau régularité les fans des Hawks pourront eux aussi lever les yeux au ciel en rappelant le nombre de rencontres durant lesquelles Jeff pouvait reculer devant le challenge. Le point positif pour Teague, c’est qu’on semble clairement porté vers un nouveau style de jeu ultra-offensif dans l’Indiana, ce qui va clairement aller avec ses capacités. Maintenant, est-ce que son arrivée va faire de la franchise une pointure à l’Est ? Cela reste à voir. Le recrutement de Bird a été assez agressif, en renforçant son cinq majeur grâce à des pièces excitantes, mais les opérations ont été nombreuses et il faudra du temps pour que tout ce petit monde se mette en place. De Nate McMillan à Young, Jefferson, Teague, tout en devant faire avec les départs de Solomon Hill, Mahinmi et George Hill, ce n’est pas rien.

Jeff Teague sait pourquoi il a été recruté, et il sait quelles seront ses missions cette année. Apporter davantage d’impact offensif, proposer une alternative en attaque aux côtés de Paul George, l’idée est là mais l’exécution sera observée à la loupe.

tongue cheek Air Max 90

Alors que Kurt Rambis avait déclaré ne pas vouloir changer ses habitudes pour les derniers matchs de la saison, le destin a décidé de le mettre un peu à l’épreuve en s’attaquant à son meneur titulaire et à son rookie bourré de talent. En effet, Jose Calderon souffrirait d’une contusion du quadriceps et devrait manquer une “période prolongée” selon les représentants new-yorkais ce qui ne laisse que peu d’espoir de le revoir avant le 13 avril. De plus, Kristaps Porzingis n’a pas non plus pris part au derby face à Brooklyn la nuit dernière pour une légère foulure de l’épaule droite qui lui avait déjà fait rater le déplacement à Dallas et qui pourrait raccourcir sa saison.

Car à seulement cinq rencontres du terme de la régulière des Knicks, le suppléant de Derek Fisher sur le banc de New York ne devrait prendre aucun risque avec le petit prodige de la maison s’il ne souhaite pas devoir faire ses valises avant même le début de l’été.Cela fait déjà quelques mois semaines que la saison des Knicks est terminée et Jose Calderon a décidé de débuter ses vacances deux semaines en avance. Le vétéran est de mauvaise influence puisque Kristaps Porzingis serait tenté de l’imiter.

Hier, ce sont donc Jerian Grant et Derrick Williams qui les ont remplacés dans le cinq majeur de Kurt Rambis avec un certain brio puisqu’ils ont été respectivement auteurs de 14 et 16 points dans la petite gifle infligée aux voisins lors du “Merdico” (105-91). Avec 31 victoires cette saison, les Knicks n’ont de toute façon plus rien à jouer ni dans un sens ni dans l’autre à deux semaines de la fin. Le moment idéal pour offrir à un autre rookie un peu de temps de jeu à la mène d’une équipe NBA, surtout quand on regarde l’avenir de la “Big Apple” à ce poste là. À 23 ans, le frère de Jerami tourne à 4,8 points, 2,2 passes et 1,7 rebond de moyenne en 15 minutes pour sa première professionnelle et toute expérience est évidemment bonne à prendre.Allez, encore 10 jours et l’heure de la délivrance aura sonnée pour tous les Knicks qui sont plus ou moins où on les attendait cette saison. Ensuite, ce sera au tour de Steve Mills et de Phil Jackson d’entrer en scène pour tenter de construire un groupe enfin taillé pour les Playoffs dès l’année prochaine.

Air Max milano

Avec un match qui était coupé par une belle cérémonie, il fallait rendre hommage au Shaq en proposant un basket léché à Miami : bingo pour le Heat, qui s’est imposé face aux Lakers hier soir.Depuis le départ de LeBron puis de Dwyane Wade, on avait vu cet été que la franchise de Floride recevait forcément moins d’opportunités concernant les matchs diffusés en antenne nationale. Moins de stars, mois de domination à l’Est, ce 22 décembre était tout de même entouré sur le calendrier et ce pour plusieurs raisons. Le maillot retiré du Shaq, premièrement, et l’arrivée des caméras de TNT, deuxièmement, ce qui permettait aux jeunes de faire belle impression devant un paquet de spectateurs.

Et pourtant, le match ne commençait pas de la meilleure des façons pour les poulains d’Erik Spoelstra, qui oubliaient leurs principes défensifs et laissaient D’Angelo Russell et Lou Williams scorer à outrance. Manque de rythme, manque de repères, le Heat n’arrivait pas à scorer et se retrouvait donc avec une dizaine de points de retard, un écart heureusement réduit grâce au gros second quart-temps d’Hassan Whiteside sous les arceaux. Mi-temps, champagne autour du numéro 32, mais surtout café pour les gamins de Miami qui retrouvaient enfin leurs bases dans ce troisième quart décisif. Car avec une défense retrouvée, un rythme offensif plus élevé et un public impliqué dans la rencontre, le Heat se permettait d’égaliser au score et même de prendre l’avantage, notamment grâce au mode fire d’un copain que les fans voulaient tant voir jouer à ce niveau.Justise ? Winslow. Blessé encore récemment et donc loin d’atteindre son rythme de croisière, l’ailier proposait une première période discrète avant de littéralement prendre le match en main avec ses copains.

Agression, pénétration, le tout en confiance et avec l’accord d’Erik Spoelstra, le bijou formé à Duke offrait tout simplement sa meilleure performance en carrière avec 23 points, 13 rebonds 3 passes et 4 interceptions.Commentateur de la franchise depuis des années sur Fox Sports Sun, Eric Reid le disait lui-même en live, voyant le gamin ponctuer sa belle performance avec sérieux : ce n’est certainement pas la dernière fois qu’on verra Justise produire une ligne pareille. Et d’ailleurs, le Heat en aura bien besoin, tout autant qu’il en avait besoin. Car avec trois défaites consécutives et une homestand sur le point de se terminer, il fallait que la troupe de Goran Dragic fasse le boulot contre les Lakers. Si le boulot fût bien évidemment géré collectivement, avec une grosse seconde période du gaucher et les apports des Johnson Brothers ainsi que Josh Richardson, c’est bien la performance de Winslow qui était belle à observer. Car même si celle-ci était isolée, elle devrait servir de base à suivre pour un joueur de son talent. Pour le moment, on le laissera profiter de cette victoire, aussi précieuse que symbolique pour le Heat.En draftant Justise Winslow il y a un an et demi, Pat Riley avait aperçu ce type de match de la part du gaucher au numéro 20. Et pour que la franchise de Miami retrouve des standards dorés, il faudra justement qu’il produise davantage dans ces hauteurs là.

Nike Air Max eshop

On semblait se diriger tout droit vers cette réforme, et on imaginait déjà un monde plus juste pour les quatre derniers de la classe en NBA qui auraient chacun eus autant de chances d’obtenir le 1st pick en 2015. Mais la surprise a finalement eu lieu, et le tanking sera donc encore à la mode pour cette saison au moins.

Ce sont les Sixers qui doivent être soulagés, eux qui démolissent tout depuis deux ans pour reconstruire grâce à de bons choix de Draft auront encore le plaisir d’aligner un effectif de pré-région et de s’adonner à ce loisir au moins une saison supplémentaire. Le Thunder, qui est arrivé à ce niveau essentiellement grâce à ça, a également donné de la voix pour les petits marchés qui n’ont que la Draft pour attirer des superstars. Avec OKC, Philadelphie était la seule équipe qui s’était réellement positionnée contre cette réforme anti-tanking. Mais au final, ce sont pas moins de 13 équipes qui se sont opposées à ce changement, alors qu’il fallait au moins deux tiers des votes pour entériner la décision.

Si le vote de certaines équipes comme Utah, Milwaukee, et donc Philadelphie peut sembler logique au vu de leur situation et de leurs intérêts, le choix de Phoenix peut paraître beaucoup plus surprenant… En effet, eux qui ont échoué aux portes des PlayOffs l’an dernier, alors que personne ne donnait cher de leur peau n’a également pas pu obtenir un excellent choix de Draft, et s’est donc un peu retrouvé à la fameuse “place du con”, cette réforme leur aurait déjà donné plus de chances, à l’instar des Pistons ou des Pelicans.