Nike Air Max one

Il y a quelques semaines, nous avions pu voir les premières images du Defining Moments Pack contenant les Air Jordan 13 et 14. Comme prévu, il va bien débarquer dans les bacs prochainement pour fêter le tir victorieux de Mike face au Jazz de 1998, le 14 juin. Un joli cadeau à offrir, mais l’anniversaire de Bryon Russell n’est qu’en décembre.On a déjà eu l’occasion de profiter d’un grand nombre de versions des Air Jordan 13 en cette année 2017, puisqu’il s’agit d’arroser leurs vingt piges avec panache. C’est donc sans surprise qu’elles se retrouvent dans le Defining Moments Pack de la saison, qui comme chaque année met en avant deux paires de JoJo synonymes de victoire. Du coup, comme il s’agit de célébrer pour l’occasion le dernier titre des Bulls en général et le shoot de la gagne de MJ sur Bryon Russell en particulier, ce sont les Air Jordan 14 qui complètent le lot. Car si la treizième itération des signature shoes deMike ont été à ses pieds une grande partie de la saison, c’est avec les numéros 14 qu’il a conclu le boulot à partir de la mi-temps du Game 5 face au Jazz.

Ces dernières s’affichent en noir sur l’intégralité du modèle, de l’empeigne à la semelle extérieure en passant par celle intermédiaire. Quelques touches de doré achèvent le tout pour rappeler le trophée Larry O’Brien. Les Air Jordan 13 pour leur part misent sur le blanc pour leur empeigne. Du doré est aussi appliqué, en particulier au niveau de la semelle intermédiaire et au-dessus du talon. L’hologramme “œil de chat” placé vers la cheville représente Michael Jordan devant le nombre 98, année de l’événement. Enfin, les deux paires voient la citation “They can’t win until we quit” est présente à l’intérieur des languettes. Des propos prononcés par Michael Jordan himself et illustrant parfaitement l’état d’esprit de MJ.Le dossier du meneur de jeu aux Cavaliers avance progressivement. Après un mini-camp effectué avec plusieurs autres joueurs susceptibles de rejoindre Cleveland, le vainqueur serait Jordan Farmar. Un fermier dans l’Ohio, quoi de plus normal.

Tout colérique ces derniers temps, LeBron James va sans doute pouvoir déstresser quelque peu dans les prochains jours. Lui qui attend un « putain de playmaker », il va être servi, même si ce ne sera pas Magic qui va arriver. Après avoir essuyé logiquement le refus des Sixers pour tenter de faire venir T.J. McConnell, plusieurs joueurs ont été testé à l’occasion d’un mini-camp. Ce workout avec quatre joueurs sans contrat avait donc pour but de déterminer qui aura le bonheur de passer de Pôle Emploi à une place de back-up d’un All-Star, dans une équipe visant le titre ultime. Du beau monde était donc là, avec tout d’abord ce perturbé de Lance Stephenson, des meneurs vétérans avec beaucoup de bouteilles comme Mario Chalmers et Kirk Hinrich, mais aussi Jordan Farmar. Si ce dernier a un nom moins clinquant, c’est pourtant lui qui a été le plus convaincant, d’après les informations d’ESPN.