Air Max kaki pas cher

Pour l’arrivée de cet été, Nike sort sa nouvelle Air Force 1 ’07 PRM, à la couleur ruby, appelée “Noble Red.”Construit avec un cuir qui recouvre une grande partie de la chaussure, les perforations présentes dessus seront parfaites pour la respiration de vos pieds. Cette Air Force One est recouverte de rouge ruby, son Swoosh se fond dans la sneaker puisqu’il est assorti à sa couleur ainsi que les lacets. Le médaillon de la marque, habituellement en argent, et cette fois-ci en doré, comme l’écriture « Nike ».  Mis à part la couleur et le cuir, la fameuse semelle compensée avec le bas en caoutchouc est toujours présente.

Vous retrouverez la nouvelle Air Force 1 sur le relayer B4B au prix de 110€.L’ajout de Flyknit sur la partie supérieure de la Nike Air Force 1 Ultra est devenue la version la plus légère de l’icône à ce jour.La sneaker revient avec un nouveau dessus en Flyknit noir et des superpositions en argentmétallique sur la tongue, le talon, et sur le Swoosh. Le confort et style s’unissent dans cette dernière sneakers du géant américain. Un peu de girly sur des chaussures ne fait jamais de mal.Au prix de 132 euros environ, cette nouvelle version de la Nike Air Force 1 Ultra Flyknit sortira officiellement à partir du 17 Février.

air max kaki pas cher

 

Le dernier mentionné est encore un peu dans le coin, en faisant ses tests de 10 jours dès que possible, mais lointaine semble l’époque durant laquelle Farmar était une pépite des Lakers en développement. Pareil pour David Lee, qui lui est tout de même devenu All-Star par la suite, mais était royal sur ce Rookie Game 2007. Avec 30 points, 11 rebonds et 4 passes à 14/14 au tir (!), le gaucher des Knicks se baladait comme à l’entraînement. Maintenant qu’on voit les galères de New York, on se dit finalement que c’était un peu la bonne époque… Ce flashback nous permet également de nous souvenir des espoirs des Pacers placés sur Granger, lui aussi devenu All-Star, du statut de star que Brandon Roy était en train de développer à Portland, tout comme les promesses de grandeur faites par Memphis avec un certain Rudy Gay. Oui, c’était bien la bonne époque, Morrison scorait à outrance, Bargagni était considéré comme le nouveau Dirk, Bynum avait deux genoux et Felton deux hanches fines. Le match ? Remporté très largement par les adultes (sophomores) devant les enfants (rookies), sur le petit score de 155 à 114.

Chaque année, c’est la même. On regarde en arrière et on se demande ce que sont devenus ceux qui faisaient partie de la jeune élite, lorsqu’ils étaient invités au All-Star Weekend. Une tradition à laquelle on n’échappera pas, en prenant le temps de regarder cette fois ce que sont devenus certains clients. Car s’il y a bien un point intéressant à souligner, lorsqu’on revoit les images d’un David Lee portant les espoirs de New York sur ses épaules, c’est que la moitié des participants de ce match… ne sont plus en NBA. Une réalité qu’on oublie souvent, effectuer une longue carrière dans cette Ligue n’est pas donné à tout le monde. Une blessure, un pépin, un transfert et on se retrouve vite laissé sur le côté. Jugez plutôt les garçons qui sont encore avec nous aujourd’hui, et ceux qui sont loin d’avoir un contrat ou un espoir.