Air Max wolf grey

Il est vrai que le coup est rude pour un gamin de 18 piges qui prend autant de critiques que son coach pour cette fin de match catastrophique. Mais là où certains auraient fui leurs responsabilités, il a porté ses. Et quand nombreux sont ceux qui se sont enfoncés après une telle contreperformance, lui est revenu plus fort. On pourrait écrire un livre entier afin de parler de la carrière de Kobe qui a fait suite à cette prestation, mais on en reviendrait souvent à son mental à toute épreuve pour justifier son bilan. Durant vingt saisons à écumer les parquets de la Ligue sous le maillot Pourpre et Or. 20 saisons à empiler les récompenses et glaner quelques titres à droite à gauche.

20 saisons à envoyer des cartons dans toutes les salles du pays, et même de l’autre côté de la frontière. 20 saisons à briller au sommet, même si admettons-le, les dernières saisons étaient moins belles. Mais entre cette année rookie où les fans NBA découvraient un jeune insolent et le moment où Kobe a placé son « Mamba out », il a eu tout le loisir de marquer l’histoire de la Ligue, lui qui a rejoint deux autres anciens Angelinos sur le podium des meilleurs scoreurs All-Time en NBA avec 33,643 pions (25 de moyenne), pour une troisième place derrière Kareem Abdul-Jabaar et Karl Malone (bon ok, on ne se souviendra pas du « Mailman » comme d’un mec des Lakers). Un classement où il aura finalement dépassé Michael Jordan, un modèle avec qui les comparaisons seront nombreuses, tant leur morphologie est identique, tant leur style de jeu est proche, tant Kobe a semblé copier les mouvements de son ainé. Autant s’inspirer des meilleurs dans sa volonté farouche de gagner.

Mais ce caractère lui posera aussi des problèmes que son incapacité à cohabiter sur le long terme avec Shaq aux Lakers souligne clairement. Un threepeat et une défaite en Finales plus tard, le duo explose, et Kobe Bryant passera quelques saisons moins glorieuses collectivement, en attendant de voir Pau Gasol poser son chorizo dans la Cité des Anges pour lui permettre de gratter deux nouveaux titres pour un total de cinq. Mais entre-temps, il sera devenu le boss de la franchise, envoyant carton offensif sur carton offensif, à l’image des 62 points en trois quarts-temps face aux Mavs en décembre 2005 (alors que l’intégralité du roster de Dallas était bloquée à 61) mais surtout comme les 81 pions dans la musette des Raptors le 22 janvier 2006.

Air Max 90 ultra

Que les amateurs de peaux exotiques se rassurent, la tendance n’est pas prête de s’essouffler! La marque au Swoosh remet de nouveau les écailles à l’honneur, en revisitant un modèle phare né en 1987, la Nike Air Python. Issue du croisement entre la Nike Air Jordan 2 et la Air Force 2,  cette nouvelle édition se compose de matériaux premium, avec une empeigne associant cuir blanc et empiècements effet peau de serpent dans les tons beige et marron. La sneaker repose sur une semelle blanche frappée de l’inscription « AIR » à l’arrière.La Nike air Python Sail/Black est d’ores et déjà disponible sur le e-shop de Nike, au prix de 130 euros.

Attention accrochez-vous, nous allons vous parler de l’un des modèles de sneakers les plus attendus de l’année ! Si vous êtes fan de sneakers, vous êtes certainement au courant de la volonté de la marque au swoosh de remettre au gout du jour certains de ses modèles. En effet, Nike a décidé de frapper fort avec la réédition de la célèbre Air Command Force qui devrait faire plaisir aux anciens comme aux plus jeunes.Plusieurs coloris ont déjà été annoncés pour cette nouvelle version de la Nike Air Command Force mais voici aujourd’hui la présentation de la première édition qui sera commercialisée. Le rendu est plutôt réussi avec un parfait mélange de couleurs : du nubuck noir, un swoosh blanc, une semelle grise et rose ainsi qu’un contour de bulle bleu turquoise.

Il ne vous reste plus que quelques semaines de patience avant la sortie de cette nouvelle Nikeprévue pour le 10 octobre !C’est à la fin du mois de septembre que nous vous parlions du retour de la Nike Air Command Force avec plusieurs coloris pour le plus grand plaisir des fans de sneakers. En effet, cette année a été mise sous le signe du retour des modèles phares pour la marque au swoosh et la Command Force était certainement l’une des plus attendues.

Air Max wolf grey

Ils sont 6, cinq MCs et un producteur, ont un style à émerveiller Russell Westbrook et étaient de passage à Paris en octobre dernier. Entre deux phrases françaises et trois anglaises, le groupe Dead Obies nous a accordé quelques minutes pour parler balle orange.

Quand on les voit venir de Montréal, qu’on suit l’évolution des Raptors ces derniers temps et que la France joue le Canada lors du dernier tournoi de qualification olympique, difficile de ne pas vouloir poser de question à ce crew au flair indescriptible. Ils s’en foutent un peu, s’éclatent beaucoup, mais veulent surtout apporter du neuf dans le rap jeu avec un franglais déroutant et des punchlines bien pensées. Après le succès de leur premier album (Montréal $ud sorti en 2013), Snail Kid, 20Some, Yes Mccan, O.G. BEAR, RCA, et le producteur VNCE sont passés par l’Hexagone à l’automne pour envoyer du punch avec notamment leur dernier album, Gesamtkunstwerk. Nous sommes le 25 octobre, sous un Paris pluvieux mais assez chouette, il est 13h30 : dans un canapé qui nous rappelle le confort de celui de l’Apéro, les membres de Dead Obies se posent avec TrashTalk.

On voulait vous demander un avis purement canadien, sur le basket. Est-ce que vous avez été impacté par l’époque Vince Carter à Toronto, sa période dorée qui avait vraiment placé la ville sur la map de la NBA ?Yes McCan : Carrément. En fait, quand la franchise est arrivée en 94-95, je me souviens du logo (rires)… Le dinosaure, c’était tellement identitaire pour les jeunes parce qu’à l’époque c’était à la mode, t’avais Jurassic Park qui sortait en même temps et tout le monde portait quelque chose des Raptors : casquette, bomber, le mauve aussi c’était en vogue niveau couleur. Et puis le poster de lui qui va dunker en passant la balle entre les jambes… tous mes potes en avaient un, tu pouvais l’acheter partout, même au basket je tentais de mettre un lay-up en passant la balle entre les jambes !